Pourquoi je soutiens André Gattolin pour les élections sénatoriales dans les Hauts-de-Seine

Avec Daniel Cohn-Bendit, j’ai accepté d’être le Co-Président du Comité de soutien d’André Gattolin pour sa candidature aux élections sénatoriales des Hauts-de-Seine.

Je l’ai fait pour plusieurs raisons.

Avant tout et surtout une histoire d’humanité, de proximité et d’amitié

La première d’entre elles est que je connais André Gattolin. Il me semble inconcevable de recommander quelqu’un sans le connaître. J’avais expliqué ici-même que mon engagement pour Emmanuel Macron était avant tout et surtout une histoire d’humanité, de proximité et d’amitié. C’est toujours cette démarche humaine qui m’anime. Et il se trouve que je connais André grâce à une passion commune : le Québec. André est en effet Vice-président du Groupe France-Québec au Sénat et a, à ce titre, fait de nombreux déplacements au Québec et au Canada, notamment à l’occasion des délégations présidentielles. Comme chef d’entreprise ayant une filiale à Montréal, comme Administrateur du Cercle des Dirigeants d’Entreprises Franco-Québécoises et tout simplement comme amoureux de Québec, j’ai donc souvent croisé André dans la Belle Province. Et lorsque vous rencontrez quelqu’un de bien dans un cadre qui vous passionne, forcément des liens se créent.

Un sénateur travailleur et connaisseur de l’entreprise et des finances publiques

Ce que j’apprécie aussi chez André Gattolin c’est qu’il est bosseur. Il connaît ses dossiers. Dans différents classements, il est reconnu comme étant un des sénateurs les plus actifs au Sénat, même parmi les 10 sénateurs les plus travailleurs. Faites le test : parlez-lui de ses dossiers ou du 92, vous aurez une réponse précise.

Vice-président de la Commission des finances, André Gattolin est aussi un sénateur respectueux de l’entreprise et des finances publiques. Nous avons besoin de cette sensibilité au Sénat.

Les Hauts-de-Seine au cœur de l’Europe et de l’innovation

André a choisi une ligne bien claire pour sa campagne : les Hauts-de-Seine au cœur de l’Europe et de l’innovation.

L’innovation par le numérique, il saura la prendre en compte. André a par exemple rédigé un rapport parlementaire remarqué sur l’industrie des jeux vidéos (très importante en France et au Canada). Docteur en sciences de l’information et universitaire, André a bien pris la mesure de l’importance de la transformation que le numérique opère.

L’innovation sociétale, il saura aussi la défendre. André a porté l’initiative d’une proposition de loi visant à supprimer la publicité dans les programmes jeunesse de la télévision publique qui avait été utile. André est un progressiste et est à l’aise avec son époque. Il la comprend et sait accompagner ses grands mouvements.

L’innovation environnementale, lui l’écologiste de la première heure, il l’a comprise avant beaucoup d’entre nous.

Européen, progressiste et clairvoyant, André Gattolin est donc un candidat compétent et humain pour le 92.

Chez lui, l’expérience n’est pas un confort mais une incitation à faire toujours plus et mieux

Très tôt En Marche, André a su réunir l’ensemble des sensibilités autour de lui conformément à l’esprit du mouvement initié par le Président de la République. Déjà élu sénateur en 2011, André n’est pas exactement un nouvel arrivant au Sénat. Mais, le connaissant, je sais que chez lui l’expérience n’est pas un confort mais une incitation à faire toujours plus et mieux.

Je crois donc dans sa candidature et j’invite l’ensemble des électeurs concernés par l’avenir des Hauts-de-Seine, l’innovation, la création d’emplois, la promotion de l’entreprise et l’engagement pour l’international à voter pour André Gattolin.

Par Alexandre Zapolsky, PDG de LINAGORA.

LINAGORA, éditeurs de logiciels, est une entreprise internationale dont le siège social est depuis 8 ans dans les Hauts-de-Seine. Elle est considérée comme le leader européen des solutions d’e-administration. Son PDG, Alexandre Zapolsky, vit lui aussi dans les Hauts-de-Seine, territoire qu’il apprécie.